samedi 21 juillet 2012

Table des Matières (7) Penser la nouvelle civilisation



Chaque billet du Journal Intégral est la pièce d’un puzzle qui dessine, entre intuitions créatrices et réflexions critiques, la vision intégrale d’un homme réunifié dans un monde réenchanté. Les résumés des articles présentés dans cette Table des Matières permettront aux lecteurs de reconstituer ce puzzle en allant se référer à telle ou telle pièce afin de mieux comprendre et intégrer toutes les autres.

Table des Matières 2010

1Demandez le programme !...
2 –  Une philosophie du Tout
3La Petite Princesse
4Evolutions
5 Evolutions (fin)
6Post-Matérialisme


Table des Matières (7) du 5 décembre 2010 au 14/01/2011

Les problèmes du monde ne peuvent être résolus par des sceptiques ou des cyniques dont les horizons se limitent aux réalités évidentes. Nous avons besoin d'hommes capables d'imaginer ce qui n'a jamais existé. John F. Kennedy


Métaphorm est un organisme de formation qui œuvre au développement du potentiel humain, personnel et professionnel, dans le cadre de l'Approche Intégrale. Dans ce texte, les fondateurs de Métaphorm évoquent la façon dont l'Approche Intégrale peut s'appliquer dans les divers secteurs de la connaissance et de l'action.

« Cette démarche globale, inclusive, systémique et holistique donne un relief différent à chaque discipline et un autre regard sur la vie. Chaque champ de connaissance qui recourt à cette approche est ainsi en mesure de se réorganiser de façon plus complète, efficace et efficiente. L'Approche Intégrale apporte un nouveau regard à ces disciplines et met en lumière les abords qui ne présentent pas ce caractère intégral ou qui sont moins complets et peut ainsi servir de guide pour réorganiser ces disciplines.

Elle permet également d'élargir la perspective dans laquelle un individu ou une entreprise évolue, en prenant simultanément en compte leurs dimensions intérieures, extérieures, individuelles et collectives, pour mieux « transcender et inclure » les antagonismes et la complexité du monde. En d'autres termes, pour que vous ayez une vision complète d'un marché ou d'une situation et puissiez prendre les meilleures décisions possibles en toute connaissance de cause, vous devez prendre en compte une perspective globale incluant les quatre dimensions de la réalité : intérieur, extérieur, individuel, collectif. »


Ervin Laszlo
Fondé en 1993 par le philosophe des sciences hongrois Ervin Laszlo, le Club de Budapest vise à la transformation vers un monde durable en travaillant à l’émergence d’une conscience planétaire, à l’intégration de la spiritualité, des sciences et des arts ainsi qu’à l’interconnexion des générations et des cultures. Ce qui fait l'originalité de cette organisation c'est sa démarche systémique et intégrale qui opère la connexion entre l'évolution de la conscience, des modèles et des stratégies à mettre en oeuvre pour le vingt et unième siècle.

Rédigée par Ervin Laszlo et David Woolfson en réaction à la situation  préoccupante de la planète, la déclaration du Club de Budapest intitulée « L’Etat d’Urgence mondial » est un véritable appel aux dirigeants pour un changement de civilisation fondée sur une profonde transformation culturelle. On peut y lire notamment ceci :

«Le mode de pensée dominant actuel ne peut être maintenu plus longtemps... Toute crise porte en elle une opportunité de changement et de transformation. Les idées et modèles nécessaires aux nouveaux systèmes existent déjà... des millions d'individus et de groupes d’avant-garde ont depuis des années mentionné ces menaces et défis. Cet « éveil” est un signal positif de la vitalité de l'esprit humain et de sa capacité à répondre avec souplesse et créativité aux dangers qui menacent l'humanité... Un mode de pensée et des outils différents peuvent accélérer l'émergence d'un monde nouveau pour échapper aux scénarii les plus pessimistes. Mais il faut agir maintenant. Le temps est compté et la tâche est sans précédent. »


Michel Saloff Coste
Michel Saloff Coste est notamment l’auteur de «  Le Management du troisième millénaire », un des livres de prospective, stratégie et management de référence en France. Sa réflexion l’a conduit à proposer une théorie générale des systèmes de représentation fondée sur une analyse de l’évolution humaine en quatre grands types de civilisation : la Chasse Cueillette, l'Agriculture Elevage, l'Industrie Commerce et la Création Communication. La mutation contemporaine n’est pas, selon lui, assimilable à un nouvel avatar de la révolution industrielle mais doit être comprise comme un véritable changement de civilisation : le passage de "l'ère de l'industrie et du commerce" à "l'ère de la création et de la communication".

C’est en 1995 que Michel Saloff Coste prend l'initiative de la fondation du Club de Budapest en France et en 2007, sous l’égide du Club de Budapest France, qu’il crée l’Université Intégrale. Dans un entretien intitulé « Au-delà de la crise, penser la nouvelle civilisation », Michel Saloff Coste s’inquiète des mesures de court terme adoptées pour tenter de résoudre l'une des plus graves crises économiques de notre temps. Il s'alarme aussi du décalage croissant entre l'évolution générale de la société et les modes de gouvernance et de management des entreprises. Pour lui, la crise est un symptôme d'un phénomène bien plus profond, l'émergence d'une « nouvelle civilisation » dont il décrit certaines des caractéristiques.


Ce billet correspond à la seconde partie d’un entretien avec Michel Saloff-Coste intitulé « Au-delà de la crise, penser la nouvelle civilisation» : « Rappelons-nous qu'une crise, ce sont à la fois des risques et des opportunités. Or la France a de grandes opportunités devant elles. La plupart des penseurs qui ont évoqué cette nouvelle civilisation de l'immatériel – qu'il s'agisse d'Edgar Morin, de Thierry Gaudin, de Joël de Rosnay - sont Français. Lors du passage de la civilisation de l'agriculture-élevage au commerce et à l'industrie, la France a déjà su inventer des concepts clés, comme la séparation des pouvoirs, la démocratie moderne ; le Code Napoléon a aussi été repris dans le monde entier.

Nous vivons une période historique où la France pourrait prendre la tête d'un mouvement. On évalue entre 20 et 30% de la population totale le nombre de « créatifs culturels » sensibles aux enjeux écologiques et planétaires, au droit et à l'émancipation des minorités, intéressés par les cultures dans leur diversité. Ce sont des individus qui font du développement personnel pour mieux comprendre ce qui se passe aujourd'hui. Ils sont dans des logiques proactives. C'est le parti des gens enthousiasmés par exemple par l'élection, aux Etats-Unis, de Barack Obama, qui ne sont ni de droite, ni de gauche, mais qui réfléchissent en terme de transformation de la société. Or il est capital aujourd'hui de mener ce travail collectif, car une nouvelle civilisation ne sort jamais de la tête de quelques-uns. Elle ne peut résulter que d'un grand débat mondial. Et tout nous invite aujourd'hui à devenir les créateurs de cette nouvelle civilisation ! »


La création en Février 2008 de l’Université Intégrale par le Club de Budapest France met en lumière dans l’espace francophone l’émergence planétaire d’une nouvelle approche épistémologique qualifiée d’intégrale : «  L’approche intégrale entend à la fois répondre aux grands défis qui se présentent à l’humanité, et annoncer l’émergence d’une nouvelle pensée au niveau planétaire, ouverte aux différences culturelles et au dialogue entre les civilisations.

Ervin Laszlo, le fondateur au niveau international du Club de Budapest, est reconnu comme un des initiateurs de l’évolution de la théorie des systèmes, la systémique, vers une approche plus intégrale. En créant l’Université Intégrale à Paris, notre souhait était premièrement de faire mieux connaître l’approche intégrale en France où elle était restée encore relativement méconnue et deuxièmement de mettre en perspective les travaux d’Ervin Laszlo en les replaçant dans le contexte plus large des autres chercheurs de ce domaine.»

La création de l'Université Intégrale en France apparaît comme le symbole d’une profonde régénération culturelle et d’une résistance spirituelle à la doxa dominante, à la fois réductionniste et matérialiste. En résonance avec diverses initiatives dans d’autres pays, la création d’une Université Intégrale dans la nation du cartésianisme est révélatrice d’un contexte culturel en pleine évolution. Elle exprime l’émergence de nouvelles formes de connaissance, adaptées à une société de l’information en mutation constante et en complexité croissante,  qui sont la manifestation d'une dynamique évoltuive animant la conscience collective en ce début de millénaire.



Ce billet présente les divers thèmes traités durant les journées d’études qui se sont déroulées depuis la création de l’Université Intégrale, avec les liens qui permettent de se connecter aux vidéos correspondantes pour tous ceux qui aimeraient suivre ces activités sans toujours avoir le temps ou la possibilité de se déplacer. Car l’Université Intégrale, c’est aussi une banque de données vidéos destinée à tous ceux qui désirent visionner sur la toile nombre de conférences qui ont eu lieu depuis le début de ses activités. Ce bilan rétrospectif permet de mesurer l’ampleur des sujets explorés ainsi que le caractère novateur des thématiques abordés.

28/02/08 – Qu’est-ce que l’approche intégrale ?
16/10/08 – Comment intégrer la pensée intégrale ?
13/01/09 – Comment repenser notre façon de penser ?
10/03/09 – Comment répondre de manière positive, durable et intégrale à la crise systémique contemporaine ?
23/06/09 – Société durables et écologie intégrale : comment passer de la vision à l’action ?
24/10/09 – Civilisations du futur et futur des civilisations
23/01/10 –  Ecovie, Ecoville, Ecovillage
20/04/10 – Asie et Occident : vers une culture intégrale ?
16/06/10 – Prospective d’un monde en mutation
17/11/10 – Une approche intégrale de la santé



Sur le blog de l’Université Intégrale, Michel Saloff-Coste propose un texte intitulé Bilan et réflexion sur le futur de l’Université Intégrale écrit en mars 2010. En analysant le contexte social et culturel en France, il pointe ce qui fait la spécificité de l’Université Intégrale : « ...la remise en cause des modes de pensée mécanistes et la nécessaire émergence d’une nouvelle culture systémique et intégrale et donc d’une nouvelle civilisation basée sur nouvelle approche de la science, de l’art et de la spiritualité. »

De nombreux visionnaires comme Edgar Morin, Ervin Laszlo ou Thierry Gaudin, ont annoncé l’émergence nécessaire de cette « nouvelle civilisation » qui rencontre des résistances d’autant plus fortes qu’elle implique une transformation des modèles de pensée et des modes de sensibilité : passage d’une pensée mécaniste et positiviste, scientiste et matérialiste, à une vision systémique et intégrale, dynamique et évolutive. Michel Saloff Coste parle à ce propos d’une véritable « guerre épistémologique, sous-jacente à beaucoup de débats qui traversent tout le XXème siècle ».

Un des enjeux de cette guerre épistémologique est, selon l’auteur, la création d’un « développement durable intégral » qui allierait, de manière systémique, économie, social et écologie. L’Université Intégrale est une émanation du Club de Budapest qui a une légitimité historique en ce domaine car il a non seulement fait depuis 30 ans le diagnostic de la crise que nous traversons mais il a surtout " replacé cette analyse dans un contexte systémique et intégral."


Une citation inspirée est un cristal de vérité qui révèle et résume en quelques mots une intuition fondamentale inscrite au plus profond de nous. Ces phrases clés ouvrent les portes de l’essentiel en nous faisant entrevoir les lois et les principes qui régissent la vie, l’homme et l’esprit. Par-delà leurs auteurs, les cultures et les époques, ces citations se répondent les unes, les autres, comme autant de notes accordées harmoniquement à une sagesse immémoriale, inhérente à l’humanité.

Notre voyage spirituel ne consiste pas à atteindre une destination pour obtenir quelque chose que nous ne possédions pas ou devenir une personne que nous n’étions pas. Il consiste à dissiper notre propre ignorance vis-à-vis de nous-même et de notre existence, et à assimiler progressivement cette compréhension qui marque le début de l’éveil spirituel. La découverte de Dieu est ainsi un retour sur soi. Aldous Huxley



Dans cet article dont le titre est tiré du proverbe turc : « Les nuits sont enceintes et nul ne connaît le jour qui naîtra », Edgar Morin applique sa méthode complexe au décryptage des évènements que nous sommes en train de vivre sans que nous en comprenions bien le sens c'est-à-dire la direction globale et la signification particulière. Il met ainsi en perspective le court terme de l’actualité immédiate, celle de l’année passé, avec le long terme de l’évolution anthropologique.

Le tableau qu’il dresse de l’époque est décapant : « Partout, les forces de dislocation et de décomposition progressent. Toutefois, les décompositions sont nécessaires aux nouvelles compositions, et un peu partout celles-ci surgissent à la base des sociétés. Partout, les forces de résistance, de régénération, d'invention, de création se multiplient, mais dispersées, sans liaison, sans organisation, sans centres, sans tête.  A la profonde décomposition ambiante marquée par les diverses crises que nous traversons, correspond l’émergence de formes novatrices de pensée et de sensibilité, de vie et de société. Ces formes innovantes sont des solutions qui expriment la dynamique de l’évolution et qui s’expérimentent à travers l’éclosion d’initiatives créatrices et l’interconnexion entre réseaux novateurs.

Selon Morin : « La marche vers les désastres va s'accentuer dans la décennie qui vient... La course a commencé entre le désespérant probable et l'improbable porteur d'espoir. Ils sont du reste inséparables : "Là où croît le péril croît aussi ce qui sauve" (Friedrich Holderlin)... Mais le probable n'est pas certain et souvent c'est l'inattendu qui advient...»


Ce billet présente, régulièrement mis à jour, la liste des dix pages les plus lues du Journal Intégral à la date indiquée. Pour que chaque lecteur puisse prendre connaissance des goûts et des choix de la communauté des autres lecteurs, afin d’en bénéficier et de les comparer avec les siens propres.

Les pages les plus lues ont été élues par les choix réitérés de centaines de lecteurs. Elles ont parfois bénéficiées du bouche à oreille de divers réseaux sociaux parce qu’elles résonnent avec plus d’intensité dans le cœur et l’esprit de ceux qui les lisent et qui cherchent à partager avec d'autres cette émotion ou cette réflexion. Cette liste est réactualisée régulièrement afin de suivre l'évolution du choix des lecteurs.

Nous proposons ensuite la liste des dix pays où Le Journal Intégral est le plus lu afin que les lecteurs puissent résonner avec le réseau de complicités internationales tissé par ce blog.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire