jeudi 23 février 2017

Coming Out Spirituel


L'avenir de l'humanité passera demain non pas seulement par la résolution de la crise financière et économique, mais de façon bien plus essentielle par la résolution de la crise spirituelle sans précédent que traverse notre humanité toute entière ! Abdennour Bidar 


Dans notre dernier billet intitulé Une Vision Intégrale du Végétarisme, nous évoquions une évolution des sensibilités et des mentalités dont l’essor du végétarisme et du véganisme est une manifestation significative et assez spectaculaire. Porté à la fois par une intuition holiste, une pensée complexe et une sensibilité organique, ce courant évolutionnaire se reconnaît dans un humanisme "cosmoderne" étendu - au-delà des espèces vivantes et des êtres sentients - à l'ensemble de l'univers, visible et invisible. Cette nouvelle vision du monde est le vecteur d’une spiritualité vécue, vivante et personnelle, irréductible aux formes dogmatiques et ethnocentrées de la religion. 

Abdennour Bidar est un des représentants les plus connus de cette spiritualité conçue comme la "culture de tout ce qui nous fait grandir en humanité". Dans le Journal Intégral, nous avons évoqué à plusieurs reprises sa démarche et ses travaux, notamment dans un billet intitulé État d’Urgence Spirituel. Nous avions mis en exergue de ce texte la citation suivante d’Abdennour Bidar : « Et s’il y en a un, voilà le vrai visage du totalitarisme aujourd’hui : la conspiration terrible, tyrannique et secrète de toutes les forces intellectuelles et sociales qui condamnent l’être humain à une existence sans aucune verticalité. » 

Les aspirations d’ordre spirituel semblant être le « tabou » de notre société, Abdennour Bidar a publié avec 23 co-auteurs un texte intitulé "Coming out spirituel" dans les Huffington Post France, Maghreb et Québec. Ce texte qui vise à promouvoir le droit inaliénable de tout être humain à la spiritualité tend à redonner une visibilité à la dimension spirituelle en l'inscrivant dans le débat public, en particulier en cette année présidentielle où l’offre existante ne paraît absolument pas à la mesure des attentes et enjeux de civilisation. 

Le Journal Intégral désirait se faire l’écho de ce message à travers lequel s'exprime tout un courant évolutif qui participe à une mutation fondamentale des mentalités comme à une transformation profonde de la société. Si vous partagez ce constat et ces convictions, n’hésitez pas à liker/partager/commenter/signer/diffuser ce texte. Vous trouverez tous les liens pour ce faire dans la rubrique Ressources. Votre soutien est précieux ! 

Les Droits de l’Âme

Dans le précédent billet, j'inscrivais la reconnaissance de la souffrance animale dans le contexte de l'élargissement des droits de l'homme vers les "droits du vivant" : " Au dix-huit et dix-neuvième siècle, a eu lieu le saut évolutif d'un monde féodal centré sur le droit divin à un monde moderne centré sur les droits de l'homme. Le vingtième siècle fut marqué par le passage de cet universalisme abstrait à l'affirmation concrète des droits singuliers revendiqués par les femmes et les minorités opprimées. A notre tour de vivre aujourd'hui un saut évolutif pour passer des droits humains à un nouveau cycle de la spirale évolutive fondé sur les "droits du vivant"... en attendant la reconnaissance des "droits de l'âme" dans le cycle suivant."

A l'élargissement des droits de l'homme vers les "droits du vivant" correspond aussi leur approfondissement par la reconnaissance des "droits de l'âme". Il me semble qu'Abdennour Bidar parle de ceux-ci quand il évoque dans ce texte "un droit spirituel inaliénable de tout être humain": "Notre lutte pour ce nouveau droit s'inscrit dans le prolongement de tous les grands combats historiques pour les droits sociaux et politiques. Ce droit spirituel est le couronnement à venir des droits de l'homme, le seul à pouvoir relancer partout dans le monde la dynamique de leur réalisation." 

Les auteurs du texte ci-dessous font partie de ces visionnaires qui ont toujours accompagné l'émergence d'un nouveau paradigme sur la spirale de l'évolution. Pour ceux qui ne se reconnaissent pas dans une offre politique totalement obsolète qui ne tient absolument pas compte de la nécessité de ce saut évolutif, ce texte et les initiatives qu'il pourra inspirer font naître un espoir et sont l'occasion de participer à cette dynamique créatrice, chacun dans la mesure de ses moyens.

Coming out spirituel. Abdennour Bidar et Cie 

Pour une nouvelle société à venir 

Nuit Debout

« Ami, entends-tu le frisson de nos âmes qui s’éveillent ? » 

Tel pourrait être le chant, ou pour commencer le murmure, de toutes celles et ceux qui, comme moi, en ont assez d’errer dans des vies privées de sens profond. Des vies où l’accumulation d’argent, de biens, de divertissements et de technologies, ne rend pas heureux ceux qui en jouissent, et se fait au prix de trop d’inégalités et de conflits à toutes les échelles. 

Des vies dépourvues de liberté réelle parce qu’encore trop asservies par le travail et trop consumées à consommer. Des vies que ni la politique ni les religions, quand elles se muent en idéologies, n’arrivent plus à relier les unes aux autres au-delà des frontières de classe sociale ou de croyance. Des vies trop inconsistantes à cause de tout cela, et dont je sens bien qu’elles ne sont pas à la hauteur de ce qui fait ma grandeur et ma dignité d’être humain. 

Mais comment donner un sens profond à mon existence, à nos existences ? En faisant droit à notre dimension spirituelle. Selon la vision la plus simple, libre et universelle du spirituel comme culture de tout ce qui nous fait grandir en humanité

Cultiver le lien à soi : s’épanouir et s’accomplir à partir du dedans, se trouver en se dépassant, exprimer sa singularité et ses aspirations propres au lieu de rester prisonnier du système. 

Cultiver le lien à l’autre : remplacer la petitesse du « chacun pour soi » par une fraternité et une coopération où nous nous entraidons tous à créer nos vies. 

Cultiver le lien à la nature : apprendre ou réapprendre à contempler la beauté du monde et à vivre en harmonie avec l’ensemble du vivant. 

Je veux que soit reconnue mon aspiration à vivre selon ce triple lien, qui libère mes forces intérieures et qui seul peut m’ouvrir aux plus vastes horizons de conscience et de vie. 

Je veux, avec tous ceux qui en sentent l’urgente nécessité, proclamer cette vie bien reliée comme droit spirituel inaliénable de tout être humain. 


Notre lutte pour ce nouveau droit s’inscrit dans le prolongement de tous les grands combats historiques pour les droits sociaux et politiques. Ce droit spirituel est le couronnement à venir des Droits de l’Homme, le seul à pouvoir relancer partout dans le monde la dynamique de leur réalisation.

Je suis, nous sommes convaincus que seule sa proclamation peut nous offrir le grand projet de civilisation dont l’absence laisse aujourd’hui s’étendre un terrible désert de sens où prolifèrent les désenchantements, les tentations de retour en arrière et les radicalités.

Nous sommes déjà nombreuses et nombreux à nous engager dans cette lutte. De plus en plus nombreux à vouloir être les relieurs, tisseurs, tisserands du monde qui vient. De quoi avons-nous besoin maintenant ? De connecter tous nos engagements pour qu’ils s’inspirent les uns les autres ! De prendre conscience de notre nombre et confiance en notre force !

Car nous sommes déjà beaucoup plus forts que l’ordre en place

Et nous le serons plus encore demain, à condition d’être capables de donner à cet objectif de la vie bien reliée autant d’expressions concrètes – partout où nous sommes - dans nos modes de vie, l’éducation de nos enfants, l’organisation du travail, la justice sociale, l’écologie, la gouvernance de la France, de l’Europe et du monde ! 

Voilà le grand défi, inséparablement spirituel et politique, qui nous est proposé à travers toutes les crises de notre temps ! Nous nous y engageons avec courage, détermination et espérance - et nous allons réussir. 

Ce texte est co-signé par : Kévin André, Abdennour Bidar, Adam Bidar, Amin Bidar, Diane Binder, Marine Bonté, Benjamin Charbit, Eva Collet, Stanislas Coppin, Eric De Kermel, Shani Diluka, Amel Haydock, Virginie Larousse, Isabelle Lonvis-Rome, Gabriel Le Magadure, Agathe Maire, Sophie Marinopoulos, Luc Mory, Caroline Olezac, Anne-Sophie Plard, Sonia Pollissard, Pierre Servan-Schreiber, Henri Trubert, Eric Vinson, Inès Weber. 

Ressources

Lire Coming out spirituel sur Huffington Post 

Signer la pétition sur Change.fr

Diffuser ce texte sur les réseaux sociaux  : https://www.facebook.com/pg/comingoutspirituel/

Site personnnel d'Abdennour Bidar, méditant engagé. On y trouve toute l'actualité de cet auteur et les références de nombreux articles où celui-ci développe sa pensée, notamment "La mécanique folle de l'individualisme " in L'Obs du 4/02/17

Dans Le Journal Intégral : État d’urgence spirituel Sur la démarche et les travaux d’Abdennour Bidar

Où disperserons-nous les cendres du vieux monde ? 

5 commentaires:

  1. Je signe à cette proposition originale et inattendue. Il est vrai que le mot spiritualité est dans notre société un mot sinon suspect au moins anachronique.
    Je signe d'autant plus que cela vient d'un individu de culture musulmane, ce qui donne à ce terme une dimension affective nécessaire en plus de rendre à cette culture une dignité que bien souvent on lui refuse.
    Konrad.

    RépondreSupprimer
  2. Merci Konrad. Signer cet appel c'est aussi faire un signe à notre futur en imaginant de manière collective la déclaration des "droits de l'âme" comme l'expression inspirée d'une prochaine étape évolutive pour l'humanité.

    RépondreSupprimer
  3. C'est un peu hors-sujet, mais étant donné que le blog traite principalement de la théorie intégrale, je pense que cela pourra intéresser certaines personnes de savoir qu'Andrew Cohen a refait son site internet (http://www.andrewcohen.com/) et que si on s'inscrit à son site, on a accès gratuitement à tous les numéros de son ancien magazine :'EnlightenNext' (anciennement 'What is enlightnement ?'). Evidemment ce n'est que pour les personnes qui comprennent l'anglais. Pour ceux qui s'intéressent à la spiritualité et la théorie intégrale, ces magazines sont vraiment un trésor. Je me souviens en autre de certaines conversations d'Andrew Cohen avec Ken Wilber qui m'ont profondément marquées.

    Philippe.

    RépondreSupprimer
  4. Concernant l'article, je suis un peu dubitatif. Je m'intéresse bien sûr beaucoup à la spiritualité, mais comme je connais la spirale dynamique, je sais que la vision non dogmatique de la spiritualité est apparue principalement depuis le monde post-moderne. Même si cela évolue, cela concerne encore une minorité de personnes.
    Si on parle de la spirale dynamique, les gens situés dans le même bleue (valeurs religieuses classiques) tiennent absolument à leur vision manichéenne et aux dogmes contenus dans leur texte sacré. Tout ce qui sort un tant soi peu de cette vision est automatiquement rejeté et traité de diabolique.
    Les gens situées dans le même orange, rationalistes et matérialistes, rejettent toute notion de spiritualité, car ils n'y voient qu'une fuite puérile pour échapper à l'angoisse de la mort.
    Enfin le monde post-moderne, même si il s'intéresse beaucoup superficiellement à la spiritualité, est infesté par le narcissisme. On parle beaucoup de spiritualité, mais on trouve très peu de 'vraie' spiritualité. On flatte surtout l'ego, qui se croit très 'spirituel' et qui ne veut surtout faire aucun effort, car évidemment tout lui est du. Quelles sont les thèses à la mode actuellement dans la spiritualité ? C'est la fameuse loi de l'attraction qui nous dit que sans aucun effort, nous allons obtenir absolument tout ce que nous voulons, car nous le méritons bien : beaucoup d'argent, du succès, un super boulot, et une belle maison. Je caricature à peine. La spiritualité nous a toujours dit que le but c'était d'être au service des autres, mais dans la nouvelle spiritualité, c'est l'univers entier qui est à notre service. Bel exemple de nombrilisme ! Parmi les gens qui parlent de cette fameuse loi d'attraction, j'ai toujours entendu parler de combler ces désirs personnels, mais pratiquement jamais de compassion pour les autres.
    Si on prend un autre exemple très à la mode actuellement : la méditation, on peut voir que beaucoup de gens s'y intéressent principalement pour des raisons égoïstes (je veux moins de stress, être plus calme), ce qui n'est pas obligatoirement un mal en soi au début, mais très peu sont vraiment intéressés par un vrai un chemin spirituel.
    J'écris tout cela avec humilité, car je ne suis pas vraiment un exemple dans ce domaine, mais cela ne m'empêche pas d'essayer d'être lucide envers la situation de notre monde.
    Après mon propos ce n'est pas d'être cynique. Je ne crois qu'on peut 'faire' quelque chose, mais pas obligatoirement en parlant autour de soi de spiritualité. Le meilleur qu'on puisse faire s'est travailler sur soi et s'efforcer chaque jour d'être en plus plus aimant et ouvert envers les autres.

    Philippe.

    RépondreSupprimer
  5. Je suis assez d'accord avec vous Philippe, on a parfois l'impression que la spiritualité va déboucher sur une transformation radicale de l'être, or dans cette vision-là, il y a encore souvent de l'égocentrisme.
    Néanmoins, avec deux autres habitants du 7e de Lyon, on a essayé de faire rédécouvrir la notion, qui est parfois plus simple que l'on pense et qui n'est pas exclusivement recentrée sur soi ! Pour en découvrir plus, c'est par-là, en espérant que vous soyez Lyonnais ! : http://www.mjcjeanmace.fr/comment-la-spiritualite-peut-redonner-du-souffle-a-laction-politique/

    RépondreSupprimer